3-Avantages de la ruche écologique

Les avantages de cette ruche écologique sont très nombreux aussi bien en faveur des abeilles auxquelles le contexte de cette ruche leur garanti un parfait état de santé, que pour l’apiculteur qui voit son travail simplifié de façon significative, sans oublier le consommateur qui peut enfin déguster un miel pur d’une qualité tout à fait exceptionnelle.

Avantages dus spécifiquement à la conception de la ruche

  • Construction très simple.
  • Dimensions et conception idéales, avec un volume intérieur réduit, ce qui permet aux abeilles de maîtriser parfaitement la régulation ventilation, température et humidité de la ruche. Ceci garantissant un parfait état sanitaire de la ruche en toutes saisons. Point très important qui est mal géré dans les Nous reviendrons en détails sur le sujet)
  • Cloisonnement des hausses par les rayons de cire, ce qui constitue des volumes intermédiaires faciles à gérer par les abeilles.
  • Système particulier de régulation ventilation, température et humidité très efficace.
  • Réserve conséquente de propolis intégrée dans le système de régulation.
  • Système d’isolation supérieur très efficace.
  • Compte tenu qu’il n’y a pas de cadre, il n’y a pas de plaque de cire à mettre en place. (Nous verrons ultérieurement les inconvénients de ces plaques de cire et les avantages des rayons en cire vierge que les abeilles construisent et renouvellent systématiquement chaque année)
  • Ruche modulable, elle s’agrandit à n’importe quel moment de la période de butinage suivant les besoins de la colonie et permet également de faire face à des écarts climatologiques importants en modifiant la disposition des hausses sur le plancher.
  • Éléments faciles à désinfecter. État sanitaire de la ruche toujours satisfaisant en toutes saisons.
  • Permet de lutter efficacement contre les maladies et de les éliminer pratiquement à 100 %.
  • Cette ruche est en elle-même un moyen de lutte très efficace contre le varroa sans y introduire de produits chimiques.
  • Récolte du miel très facile à réaliser.
  • Contrôle aisé de ce qui se passe à lintérieur par arrière des hausses. Ce qui ouvrir les ruches, opération qui est néfaste aux colonies. Une ruche ouverte provoque des perturbations et nécessite un travail important de la part des abeilles, pour rétablir la température intérieure et la régulation température et humidité, ainsi que la réfection du colmatage des divers éléments, travail qui mobilise beaucoup de monde et qui est au détriment des autres travaux: construction et production de miel.
  • Compte tenu que la ruche n’est ouverte au maximum que deux fois par an, une première fois en cas de transvasement ou de division, et la seconde à la récole du miel, elle permet de garder des abeilles très douces, très calmes, jamais agressives.
  • Les vitres arrières permettent de contrôler les réserves hivernales avec certitude, ce qui est impossible avec d’autres types de ruche.

Avantages dus au mode de “fonctionnement”

  • Permet une récolte dès la première année, pour autant que la colonie soit au travail au début du printemps.
  • Permet le renouvellement total des cires chaque année, autre point capital pour la bonne santé des abeilles, qui est assuré à l’état sauvage par l’essaimage et la reconstruction d’une ruche à un autre endroit. Les anciennes cires devenant au fur et à mesure de leur vieillissement, de véritables bouillons de culture que la propolis ne parvient plus à neutraliser.
  • Permet à l’apiculteur une meilleure maîtrise du problème de l’essaimage.
  • Permet de récolter un miel parfaitement mûr et sans extracteur, ce qui lui garde tous ses composants, même les plus volatils. Permet de produire en quantité acceptable (minimum 10 à 12 kg par ruche, soit une hausse), un miel d’une très grande qualité, sans équivalant actuellement sur le marché.
  • Permet aux abeilles d’hiverner dans de très bonnes conditions, très proches de celles de l’hivernage naturel.
  • Permet d’éviter les disettes, avec une nourriture de qualité et en quantité suffisante (miel, pollen, et gelée royale).
  • Ne nécessite pas de nourrissage en hiver. Il est à déconseiller pour ne pas provoquer une dislocation de la grappe et obliger les abeilles à des trajets trop longs pour aller se nourrir. Il vaut mieux les nourrir avant leur mise en grappe si nécessaire, et immédiatement après l’hiver au premier vol de propreté si les réserves sont épuisées ou insuffisantes.
  • Désinfection efficace et permanente de la colonie par son « sauna » propolisé.
  • Permet de garder une race pure en ne conservant que les mâles d’une ruche sélectionnée.

Avantages de la ruche écologique dans la lutte contre les maladies et les parasites

Que faut-il à l’abeille pour survivre dans son milieu naturel et perpétuer la race ? Un habitat sain, des cires fraîches, du miel, du pollen et de la propolis.

L’habitat sain, elle le cherche lorsqu’elle essaime. Dans la nature, après un an, une partie de la colonie quitte son tronc d’arbre ou autre abri naturel et abandonne la souche mère pour reconstruire ailleurs. C’est pour elle le moyen d’échapper à tout ce qui pourrait lui nuire, c’est un gage de survie.

Dans cette apiculture écologique, la ruche et la méthode employées permettent de conserver à l’abeille tout ce qui lui est nécessaire pour vivre dans de bonnes conditions, qui sont aussi proches que possible de la vie à l’état naturel et sauvage ; habitat, nourriture, hygiène et tranquillité. Elles viennent également compenser les inconvénients de sa vie sédentaire, l’essaimage ne lui étant plus aussi facile.

Avantages de la ruche écologique dans la lutte contre les maladies

  • Ses dimensions qui découlent de l’étude de l’essaim sauvage, et qui correspondent au volume maximal que l’abeille peut gérer au mieux.
  • Son cloisonnement constitué par les rayons de cire qui élimine les courants d’air incontrôlables et qui facilite la régulation ventilation, température et humidité. Le système de régulation de cette ruche étant une merveille d’ingéniosité qui est activé par les abeilles elles-mêmes.
  • Des rayons de cire fraîche renouvelés chaque année, et des éléments de ruches remplacés régulièrement, ce qui assure à l’abeille un habitat toujours sain, et un stockage du miel dans les meilleures conditions.
  • Son « sauna » propolisé qui permet à l’abeille de vivre et de se déplacer dans un milieu aseptisé en permanence.
  • La nourriture riche qu’elle procure aux abeilles, en l’occurrence, le miel qu’elles fabriquent, car en effet, à la récolte du miel, on ne prend qu’une partie de la production, soit le contenu de la ou les hausses supérieures (10 à 12 kg / hausse), en laissant les deux hausses inférieures aux abeilles pour hiverner. Cette réserve étant encore complétée jusqu’aux premiers froids, ce qui constitue une solide réserve d’au moins 15 à 18 kg pour passer l’hiver, voire davantage selon les cas. Sans oublier le pollen qui est stocké dans les rayons en quantité suffisante.
  • La propolis (pharmacopée des abeilles) qui se année, hiver et qui assure aux abeilles une protection maximum et un remède miracle disponible à volonté.

Tous ces points étant très importants pour assurer aux abeilles un hivernage sans problème. Cette période, si elle n’a pas été bien préparée, étant dans bien des cas, fatale aux colonies, qui ne parviennent pas à reprendre leurs activités au printemps ou qui sont victimes de telle ou telle maladie, et qui trop affaiblies pour pouvoir lutter, sont ensuite décimées par le varroa.

La clef de la réussite et d’un rucher en bonne santé, étant le partage équitable des produits de la ruche avec les abeilles. Ce partage devant toujours être en faveur des abeilles.

Avantages de la ruche écologique dans la lutte naturelle contre le varroa

On a tendance à dire que la présence du varroa dans une ruche va favoriser l’apparition des maladies, c’est sûrement vrai, mais c’est une conclusion un peu hâtive qui fait du varroa, le bouc émissaire responsable de tous les maux qui s’abattent aujourd’hui sur les ruchers. Or, il ne faudrait pas négliger que l’inverse est peut-être encore plus vrai, et qu’une colonie qui lutte déjà tant bien que mal contre une disette ou une maladie quelconque qui n’est peut-être même pas encore visible, sera très vulnérable à un tel parasite.

En la privant de son miel, de son pollen, de sa propolis, et en la faisant vivre dans un contexte qui ne respectent pas son mode de vie naturel et sauvage, l’homme joue là aussi à l’apprenti sorcier et place l’abeille dans une situation difficile, et ceci débouche forcément à plus ou moins long terme sur un affaiblissement des colonies et des races, avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui.

Les avantages de cette lutte naturelle contre le parasite découlent donc de la conception de la ruche et de la méthode employée qui maintiennent l’abeille dans les conditions aussi proches que possible de son état naturel et sauvage et qui lui préservent toutes ses défenses. Conditions qui en font un insecte fort et résistant.

Ces avantages sont d’ailleurs en partie les mêmes que ceux qui permettent à l’abeille de lutter efficacement contre les maladies.

Nous verrons par exemple que la qualité de la cire est état sanitaire de la ruche. Une cire abord toute blanche, puis elle fonce en vieillissant. Mais plus elle vieillit, plus elle se charge en microorganismes qui seront au fil du temps de plus en plus pathogènes. Or, dans la ruche écologique, compte tenu du renouvellement systématique des cires qui y a pas de vieilles cires.

Le miel récolté la première année se trouve dans des alvéoles de cire qui n’a que 3 mois d’âge, et s’il n’est récolté qu’au cours de la seconde année parce que la colonie a démarré très tard dans la saison, cette cire n’aura pas plus de 15 mois. Ce qui est déjà une grande différence avec la cire brune des ruches à cadres qui ont souvent plusieurs années d’existence.

Ce qui fait de cette ruche, une ruche véritablement idéale.

Pour les rayons qui n’en sont qu’au début de leur construction, la cire nouvellement élaborée est blanche.

Pour les rayons qui n’en sont qu’au début de leur construction,
la cire nouvellement élaborée est blanche.

Pour les rayons qui ont déjà quelque jours, la cire commence déjà à se teinter.

Pour les rayons qui ont déjà quelque jours, la cire
commence déjà à se teinter.

Cette couleur brune de la cire témoigne d’un âge assez avancé, cela ne se rencontre pas dans la ruche écologique.

Cette couleur brune de la cire témoigne d’un âge assez
avancé, cela ne se rencontre pas dans la ruche écologique.

par J-C. Guillaume

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

w

Connecting to %s